#14

Wikipédia La révolution sexuelle recouvre les changements substantiels du comportement et des mœurs sexuels intervenus en Occident à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Ce mouvement est essentiellement marqué par l'émancipation sexuelle des femmes, l'affirmation de l'égalité des sexes et la reconnaisance des sexualités non-procréatives et non-conjugales.

Cette révolution est consubstantielle d'une révolution scientifique marquée par un faisceau de découvertes et d'avancées : la diffusion du préservatif en latex après les années 30, le traitement des maladies sexuellement transmissibles, au premier lieu desquelles la syphilis qui faisait des ravages depuis la Renaissance avec la découverte des antibiotiques à partir de 1941, et la diffusion de la contraception (le stérilet est inventé en 1928, et la pilule contraceptive découverte au début des années 1950).

Elle s'accompagne d’une « révolution du droit » en Occident par lesquels les femmes acquièrent progressivement une égalité législative, notamment l'obtention du droit de vote et donc la possibilité de pousser aux réformes qui les concerne, l'égalité au sein du couple[1], le droit à la contraception[2] et le droit à l'avortement[3].

Si l'acte sexuel était risqué, entrainant la possibilité d'une procréation non voulue, le risque de maladies sexuellement transmissibles ne l'est plus. Pourquoi s'en priver ? La révolution sexuelle est la réponse, dans les actes, à cette question. Signe des temps, on parle alors d’« amour libre ».

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

Poster un commentaire :